agart microbiologie peinture pétri boite

Toutes les couleurs de ces œuvres d’art, naturelles, proviennent des différentes espèces de microbes qui y ont proliféré. captures d’écran

Le Société américaine de microbiologie a organisé un concours d’art sur boîte de Petri : il fallait utiliser des microbes en guise de peinture.

Depuis mercredi et jusqu’à ce dimanche, c’est la fête de la science. Avant de se choisir une chouette animation pédagogique à aller voir ce week-end, on peut se mettre en appétit en admirant cette initiative qui met de l’art dans les boîtes de Petri : c’est #agarart, un concours organisé par la Société américaine de microbiologie.

Il fallait «créer une œuvre d’art avec des microbes en guise de peinture et de l’agar-agar pour faire la toile», explique le site Microbe World, qui a annoncé les résultats le 29 septembre. Les microbiologistes participant n’ont évidemment pas droit au moindre pigment : les couleurs de leurs créations dépendent uniquement des différentes espèces de bactéries qu’ils font proliférer dans la boîte de Pétri, en traçant des chemins dans la gelée pour les aider à dessiner de jolies formes.

Le grand gagnant s’appelle Neurons

Le grand gagnant s’appelle Neurons. Maria Penil y a laissé vagabonder trois microbes différents choisis pour leurs couleurs chatoyantes, durant deux jours à 30° C.

Une fois finie, la culture est parfois figée dans une résine «époxy» pour l’immortaliser, puis prise en photo et postée dans l’album Facebook regroupant tous les participants. Toute modification des couleurs a posteriori, via Photoshop et cie, est interdite. Il fallait enfin accompagner l’image d’un court texte de présentation compréhensible par tous.

La deuxième place du podium est particulièrement impressionnante :

agart

Originellement au format vertical, l’œuvre de Christine Marizzi est composée de dizaines de boîtes et reproduit le plan de New York

Originellement au format vertical, l’œuvre de Christine Marizzi est composée de dizaines de boîtes et reproduit le plan de New York, avec ses rues, ses rives et même Central Park. Elle a invité des scientifiques, des artistes et le grand public du «labo communautaire» de New York à reconstituer ce puzzle géant avec le microbe Escherichia coli K12, une variante inoffensive d’E-coli, augmentée de protéines fluorescentes qui rendent très bien à la photographie en lumière noire.

agart

«amener le monde microscopique au plaisir de notre regard macroscopique»

C’est encore Maria Penil qui a gagné le prix du public, avec plus de 3500 «j’aime» sur Facebook. Avec Cell to Cell, elle a voulu «amener le monde microscopique au plaisir de notre regard macroscopique», en figurant deux cellules tendant leurs petits «bras» l’une vers l’autre.

agart

Style comics pour Superheroes, reparti bredouille mais très réussi

Source : Libération
Par : Camille Gévaudan